*Vente de détendeurs * Formation Niveau 2 * Souvenirs d’une plongée * Un risque peut en cacher * Carton plein pour les * Coupe de France d’apnée à*

Pour une poignée de Niveaux 4 : retour sur l’année 2011

samedi 4 janvier 2014 par Philippe MF2

Une formation Niveau 4 à l’ASC ? La saison 2010-2011 aura vu sa première édition. Une formation conséquente et des résultats brillants qui ont marqué les candidats et la vie du club.

JPG - 39.6 ko
Le cap Sicié et les 2 frères
Lieux des exploits de nos candidats.

Depuis la fin de cette aventure, je voulais revenir dessus et vous livrer un petit aperçu de toute cette odyssée ... Seulement voilà, il m’a fallu enchaîner rapidement sur d’autres objectifs, et l’article est resté à l’état de projet ! Mais il me tenait à coeur de revenir sur les exploits de Sébastien, Rodrigue, Michel, Denis, Fabrice et Jean.

JPG - 38.9 ko
Sébastien L.
JPG - 38.8 ko
Rodrigue P.
JPG - 35.7 ko
Michel K.
JPG - 38.9 ko
Denis M.
JPG - 39.4 ko
Fabrice Q.
JPG - 38.8 ko
Jean D-B.

   

   

   

   

   

L’idée

Comment en est-on arrivé là ? Au départ, un constat : fort de sa centaine de membres, l’ASC regorgeait de vieux Niveaux 3 et d’Initiateurs, alors que les Niveaux 4 et MF1 se faisaient plutôt rares. Donc un club à fort potentiel. Les quelques courageux Moniteurs le devait souvent à eux même, à leur motivation inébranlable et à leurs opportunités personnelles favorables. Monter une formation N4 "clef en main" au club pouvait permettre d’attirer les plongeurs intéressés mais n’osant pas franchir le pas tout seul. Créer une dynamique de groupe en fait. Sans parler du triple effet possible :

  • des guides de palanqué en plus
  • des enseignants jusqu’à 20 m (E2) s’ils sont déjà Initiateurs
  • une base plus importante de candidats potentiels pour le MF1.

   

Le recrutement

Une petite annonce à l’Assemblée Générale 2010, quelques discussions à droite à gauche, un peu de persuasion, un effet de "copinage" … et hop, 6 candidats sur la ligne de départ. Cinq vieux N3 ayant pas mal bourlingué, un N2 motivé. Tous Initiateurs. Le programme s’annonce haut en couleurs, pour reformater des "vieux" plongeurs pleins de mauvaises habitudes ... Mais ce défi pédagogique me stimule plus qu’il ne me freine. Un seul regret : Alain ne fait pas partie du troupeau et je le déplore, dans la mesure où il a toutes les qualités pour faire un bon guide.

   

La formation initiale a été conduite intégralement dans le cadre du club. Elle a combiné une préparation physique en piscine chaque semaine, un programme complet en théorie (12 cours), 4 plongées en fosse à Dijon et 3 week-ends en mer à Carry-le-Rouet.

Les séances piscine

Elles se sont enchaînées très régulièrement avec une bonne assiduité des candidats. J’avais mis en place un programme assez progressif au début, mais devant amener chacun à se confronter sans trop tarder à ses limites physqiues et/ou techniques. Le résultat ne s’est pas fait attendre. En dehors des 2 avions à réaction qu’étaient Rodrigue et Fabrice, les autres ont pris la mesure du travail à faire. On se souviendra longtemps du coup des 600 m de Seb : après échauffement, j’annonce un 600 m PMT, non chronométré. Je précise bien "chacun son rythme", l’essentiel étant de tenir la distance. Réaction immédiate du Grogong : "c’est tout ? on est quand même tous capable de faire 600 m !". Au bout de 400-500 m, le Seb s’essouffle et s’arrête. CQFD. L’entrainement hebdomadaire "réglé" s’est donc vite complété de séances d’appoints. Cours particuliers pour Michel les jeudis, pour améliorer sa technique de bras (merci Didier et la planche), séances additionnelles en créneau public pour Michel et Jean, séances supplémentaires avec La Méduse pour Seb ... avec au final un niveau d’endurance qui s’améliore, des distances tenues et des chronos acceptables. Et le souvenir impérissable de Fabrice qui lève la tête à la fin de chaque briefing en lachant "on fait quoi maintenant ?". Extraordinaire.

   

La théorie

Intégralement couverte dans le cadre de l’ASC, au rythme d’un cours toutes les 2 semaines entre novembre et avril. Une charge lourde pour moi, mais aussi l’occasion de me remettre complétement à jour.

JPG - 40.4 ko
Programme de théorie

Le temps m’étant compté pour préparer tout celà, j’ai varié les plaisirs et réalisé des cours tantôt en PowerPoint, tantôt en transparents, voir directement au tableau, ou en ne projetant que des supports ... selon les éléments dont je disposais déjà. Je me suis obligé à fournir un document de support pour chaque cours, parfois avec pas mal de retard, mais ils les ont finalement tous eu avant l’examen. Le code Vagnon N4 de Pierre Médalin et Dominique Ricou (éditions Vagnon), s’est avéré être un allié très utile. Un livre synthétique et pragmatique qui constitue une véritable référence en la matière : pas de superflu, que du concret et pratique.

Tous les sujets "classiques" ont été abordés, comme les notions de physique appliquées à la plongée (pression, volumes gazeux, flottabilité, pressions partielles et toxicité des gaz, phénomènes de saturation-désaturation et sa modélisation), les notions d’anatomie-physiologie, la réglementation, les procédures de désaturation, l’étude des accidents de plongée et leurs préventions appliquées à la palanquée, le matériel et l’organisation de la plongée.

JPG - 13.4 ko
Code Vagnon Niv.4
de Pierre Médalin et Dominique Ricou

Des notions parfois hardues et difficiles à traiter, mais en prenant soins à chaque fois de développer les points importants pour de futurs Guide de palanquée, on arrivait toujours sur des discussions intéressantes et constructives. Des profils de candidats très différents, tantôt confiant au début et beaucoup moins à la fin, tantôt inquiet au début et confiant au final, ou encore tendus tout le long ...

Et puis bien sûr, la convivialité habituelle de l’ASC, avec quelques victuailles et boissons pour garnir ces lourdes soirées, généreusement amenées à chaque séance par les participants. Quand le temps manquait, le kebab du quartier a sauvé plusieurs fois la situation, et je ne peux que remercier encore Jean d’avoir pensé à mon estomac, qui criait famine entre ma sortie du travail et le début des cours.

   

La formation pratique

Combinant plongées en fosse et en milieu naturel. L’ouverture récente de la fosse à Dijon nous a permis de commencer la formation en douceur. Au coeur de l’hiver, les 4 rendez-vous dominicaux ont été consacrés au perfectionnement de l’utilisation de la stab, à la découverte de la RSE (Remontée Sur Expiration) et de la DTH (Démonstration Technique avec Handicap) de 20 m, mais aussi à la pratique de l’apnée. Des séances bien chargées, dans un environnement pour le moins original, mais sécurisé.

JPG - 54 ko
A la fosse de Dijon, briefing en surface

Le mois de février a vu notre premier week-end dédié à la préparation du N4. Descente sur Carry-le-Rouet, en autonomie totale, avec le fourgon "Previtali" et le semi-rigide de Séb. Gigi est venu m’assister dans cette aventure. Seul Jean n’a pas put nous rejoindre. La météo est mitigée, temps couvert, vent d’ouest, des vagues, surtout le dimanche.

JPG - 44.5 ko
Méjean, février, mistral et fraîcheur.

Nous nous "installons" dans la calanque de Méjean, relativement abritée. Rodrigue, Seb et moi même partons séparément pour mettre à l’eau le hors-bord au port de l’Estaque, la cale de Carry étant en travaux. Après quelques acrobaties et un peu de navigation, tout le monde se retrouve à Grand Méjean. Le bateau nous permet de plonger hors de la calanque, sur 35-40 m, avec plus de confort et de sécurité. Les 2 matinées sont consacrées aux plongées techniques à 40, avec remontées assistées. Gigi fait ses premières armes de moniteur en la matière. Nos élèves découvrent les joies du capelé dans les vagues, la "douceur" de la méditerranée hivernale (où les 13° contrastent avec la fosse) et l’impartialité de la caméra ! Le père Noël m’avait gâté avec une GoPro, minicaméra HD panoramique, dotée d’un caisson résistant à 60 m. Idéal pour filmer en plongée d’ensignement. Les premiers essais "profonds" sont concluants, mais redoutables pour les élèves, confrontés de visu à leurs "boulettes" ! La plongée du samedi après-midi s’est limitée à 18 m pour se destiner à la RSE et au perfectionnement du gilet. Au final, le WE aura été très riche d’enseignement pour tout le monde. On retiendra en particulier Rodrigue qui a découvert qu’il pouvait enlever 4 kg de plombs d’un seul coup, prouvant ainsi que même de bons vieux plongeurs sont souvent TRES surlestés ! Ou encore notre repas de midi samedi, sur les banc de petit port de Méjean : un immense buffet où nos victuailles s’étendait sur la totalité du petit muret, soit, une bonne dizaine de mètres ! La réputation de l’ASC n’a pas été démentie.

JPG - 42.4 ko
Après l’effort ... l’interminable buffet improvisé !
JPG - 42.5 ko
Plus de 10 m de victuailles mêlées au matériel !

Les 3 plongées achevées, il fallu encore récupérer notre gueuse de balisage, lourdement ensablée par 17 m de fond, et sortir le bateau. Heureusement, les "locaux" n’avaient pas cadenassé la sortie du port de Méjean et nous avons put sortir l’embarcation facilement et rapidement, sans avoir à retourner à l’Estaque. Malgré cette petite "économie", ce fut un WE bien fatiguant tout de même !

La préparation des candidats s’est poursuivie à l’occasion des différentes sorties clubs destinées initialement aux prépas N1 et prépas N2. Grâce à l’accueil et la participation de Plongée Passion à Carry, nos valeureux élèves ont put réaliser quelques plongées à 40 m avec le prestataire local, en parrallèle de l’activité club.

Le couvert est remit fin avril pour un nouveau week-end spécial prépa-N4. A 3 semaines seulement du début du stage final, c’est une séance où commence à poindre le stress. Plus question de s’embarrasser avec le bateau. Nous avons opté pour des plongées matinales avec "Plongée Passion", afin de bénéficier de la logistique et d’un moniteur en appoint. Là encore, très profitable ... Les plongées s’enchaînent. Les conditions de plongée sont nettement meilleures qu’en février. Les résultats s’en ressentent. On commence à affiner sérieusement la qualité des remontées contrôlées. Florence (monitrice de Plongée Passion) insiste sur l’utilisation du poumon et de la "balance" assistant/assisté pour fluidiser les remontées assistées. Et ça marche. Seul Jean accuse le coup de la sortie de février qu’il n’a pas pu faire. Le niveau s’en ressent à ce stade, mais il reste encore pas mal de plongées avant l’examen pour progresser.

JPG - 39.1 ko
Carry-le-Rouet, en avril le soleil au rendez-vous.

Le samedi après-midi fut plus physique, consacré essentiellement à la DTH. Avec 5 élèves pour un seul moniteur, je peux vous assurer que j’en ai bouffé des posidonies !! J’ai même des vidéos qui le prouve, hé hé ...

JPG - 25.2 ko
En vrac au fond
Situation de départ pour l’exercice de DTH.

Après 5 remontées façon "sac de patates", je me sentais un peu comme une bouteille de Perrier à l’ouverture ... Mais je pense sincèrement que ce WE en comité restreint, centré sur le N4, à 3 semaines du stage final, aura été bien profitable.

   

Le stage final

La phase finale de la formation s’est déroulée au CPSM (Centre de Plongée de Saint Mandrier) du samedi 21 au vendredi 27 mai.

JPG - 60.4 ko
La presqu’île de St Mandrier (83)

Le choix de ce club résultait tout simplement de ma longue expérience de l’endroit et de l’équipe. Je connais et fréquente le CPSM depuis 1990. Je savais les locaux et l’infrastructure parfaitement adaptés à l’activité plongée, conférant un très grand confort de pratique qui serait précieux le moment venu de l’examen.

JPG - 39.4 ko
Le cadre du stage.
Le plan d’eau et les barges du CPSM. Le cap Sicié et les 2 Frères en arrière plan.

Je savais, surtout, les qualités pédagogiques exceptionnelles de l’équipe, étant moi-même un pur produit du CPSM (N4 et MF1 passés là-bas, MF2 préparé là bas). On minimisait aussi par ce choix le risque de divergence entre la formation que j’avais prodigué aux candidats et les attendus à l’examen. Les 5 premiers jours étaient dédiés à finaliser la formation, peaufiner les détails avec de nouveaux moniteurs, ceux qui allaient aussi composer le jury ... Ainsi nos valeureux stagiaires ont pu faire la connaissance de Pierre Médalin et Dominique Ricou, les Instructeurs Nationaux qu’ils avaient aperçus entre les lignes du Code Vagnon N4 (les auteurs), ainsi que de "Lolo" et "Olive", Instructeurs Régionaux.

L’occasion aussi de se fondre avec les 3 candidats déjà sur place et engagés dans un stage complet de 2 semaines. Cette sorte de répétition générale allait combiner des plongées à 40 matinales, des nages, des compléments théoriques et des plongées à 20 et 30 m pour les démonstrations techniques.

J’ai rejoins nos candidats dés le samedi matin, à l’issue d’une longue traversée nocturne de la France. J’arrivais directement de Reims où j’avais suivi une formation à la médecine de plongée. Je tenais à être présent pour faire le relais avec l’équipe du CPSM. Ma présence sur l’ensemble de cette phase finale et de l’examen devrait également permettre une certaine continuité pédagogique et limiter la déstabilisation de nos ouailles, se trouvant totalement sortis du cadre "ASC" habituel.

JPG - 46.7 ko
La fine équipe
Paré à la bataille finale !

Mais malgré toutes ces bonnes intentions envers eux, nos stagiaires ont réussis quelques prouesses !

JPG - 36.8 ko
Les candidats en situation !
Merci la GoPro.

Denis, remontant d’une plongée à 40 m sur l’épave du Dornier 24, m’explique pourquoi il a eu un mouvement d’évitement de la tête pendant son évolution au dessus du fond de sable. "Pour éviter le tombant", me dit-il ! ... Pas l’ombre d’un tombant à plusieurs centaines de mètres à la ronde ... narcose, es-tu là ?! Fabrice, à 40 m toujours, qui reste sans réaction devant Pierre lui faisant signe de manière insistante "je suis sur réserve". Commentaire de l’intéressé à la sortie de l’eau : je ne comprenais pas, il me faisait ça (réalisant un signe bizarre, le poing sur la tête). La narcose avait encore frappée ! Le lendemain matin, dans une mer d’huile et sous un magnifique soleil, Rodrigue s’illustre sur le 800 PMT. Le parcours est simple, départ du bord au point d’embarquement, et direction droit devant, jusqu’au bateau qui attendra au mouillage à 800 m de là. A cette distance, le bateau n’est pas très visible. Pour aider les stagiaires, on leur demande de nager en direction de la maison aux volets verts, bien en vue sur la colline de l’autre coté de la baie. Quand ils seront plus près, ils verront le bateau et nageront jusqu’à lui. Je suis sur le bateau avec Olive, pour prendre le chrono d’arrivée et réceptionner les sportifs. Le groupe de tête approche. L’un d’eux est un peu excentré et dépasse ostensiblement le bateau pendant que nous récupérons les autres nageurs. C’est Rodrigue qui s’éloigne maintenant franchement du bateau. Le temps de faire monter tout le monde à bord et de relever le mouillage, nous allons chercher notre Rodrigue, au moins 250 m plus loin, nageant toujours de manière acharnée vers la maison aux volets verts ! Un 800 m "no limit" en quelque sorte.

JPG - 41.3 ko

   

L’examen

Mais il faut avouer que les plus belles anecdotes ont surgies avec le stress de l’examen.

JPG - 39.1 ko
Candidat sous stress : Michel
JPG - 37.5 ko
Candidat sous stress : Fabrice
JPG - 39.5 ko
Candidat sous stress : Jean

Début des hostilités avec le capelé de 500 m. Le stress est bien présent. Surtout pour Michel qui ne sait plus vraiment où donner de la tête. Il n’écoute pas bien le briefing, cherche son matériel de partout, saute à l’eau en vrac, ne sait plus quoi faire une fois dans l’eau ... C’est tellement critique pour lui que Dominique, présent sur le bateau, me glisse "Regarde, il ne sait plus où il habite !" Mais les résultats sur les performances physiques s’avèrent stupéfiants : Michel démarre en folie, accélère tout le long et voilà notre doyen de promotion qui termine brillamment 3ème, juste derrière les 2 jeunes de l’IFREMER, forts de leur vingtaine d’année ! Et loin devant Fabrice et Rodrigue, nos 2 palmeurs de choc.

Sans surprise, le matin de la 40 m (l’épreuve phare), 2ème élève d’un même tandem de jury, Fabrice nous a joué une pièce dont il a le secret. Engageant la descente avec son binôme d’examen, alors qu’il était sensé attendre en surface son jury en le suivant aux bulles. Il faudra toute la force d’expression de Pierre Médalin sous l’eau (pour qui le connait) pour lui intimer l’ordre d’arrêter sa descente et de remonter !

JPG - 54.4 ko
Candidat sous stress : Denis

Si le stress généré par l’examen a eu un effet dopant pour certain, il a aussi bien failli s’avérer dévastateur pour d’autres. Bien qu’aillant le sentiment initial que nos 6 candidats soient bien préparés, j’avoue avoir eu quelques frayeurs en cours d’examen pour Jean : le stress avait déjà fait irruption pendant le stage final, en donnant de surprenantes réponses lors d’une séance de révision théorique. Malgré nos tentatives de réassurance, ce stress ne lâchera pas prise et déstabilisera dangereusement notre candidat, en particulier en théorie. C’est finalement le thème du matériel qui permettra à Jean de raccrocher les wagons et de s’illustrer. Avec l’épreuve de matelotage, il atteindra la véritable démonstration, en montrant par exemple de nouveaux noeuds au jury ou des techniques alternatives. Ira-t-on jusqu’à dire que tout ne tiens que par un bout ... ?

JPG - 38.6 ko
Candidats sous stress : Rodrigue et Séb

La surprise la plus belle viendra de Seb, qui sur une seule palme (ou presque), finira honorablement toutes les épreuves, mêmes celles comme le 800 PMT, le 500 capelé, le mannequin, l’apnée ou la DTH, qui demandent pourtant un minimum d’appui palmé.

   

La logistique

On ne peut pas décrire toutes ces mésaventures sous-marines des stagiaires sans parler du cadre et de la logistique. Le choix de l’hébergement s’était porté sur des mobiles-homes au camping à 5 minutes du CPSM. Le confort était simple, mais plutôt convivial, avec nos 2 bungalows de 4 places, les terrasses, le tout sous la pinède.

JPG - 39.5 ko
Moment de convivialité,
au camping, sous la pinède.

Marie-hélène, la femme de Jean, avait accepté de venir avec le groupe pour assurer la cuisine et faciliter le quotidien des candidats. Non content de rassasier tout le monde, elle assura au delà de toutes les attentes, avec une cuisine variée et de grande qualité, qui venait à point nommé pour assurer quelques instants de plaisirs quotidiens à nos aquasportifs tendus. Leur réussite est peut être bien liée aussi celà ... Merci Maguie

JPG - 38.9 ko
Marie Hélène
Notre cuisinière hors pair ! Les candidats lui dioivent une part de leur succès.

   

Les résultats

A l’issue des 17 épreuves ( !), après correction de toutes les copies de théorie, la lumière apparaît enfin sur le tableau Excel de la CTR : tous les candidats ont un "OK" dans la dernière colonne ! Autrement dit, c’est bon pour tout le monde. D’emblée. Sans délibération, sans ajustement. Nos candidats ont quand même bien assuré. Ne reste plus qu’à leur annoncer les résultats, dans le silence assourdissant des élèves en attente de la sanction. Passé le réjouissement du succès total, la cerise sur le gâteau vient s’ajouter : monsieur le major est notre Seb-Grogong (voir article correspondant), malgré sa jambe folle.

JPG - 38.7 ko
La Promotion "ASC" du CPSM, avec ses jurys

Chapeau jeunes Padawans aquasportifs ! Que ce Niveau chèrement acquis vous soit utile, et encore plus à notre club.

JPG - 35.8 ko
Mer d’huile, synonyme de sérénité revenue.

   

Philippe

JPG - 26.4 ko
Votre serviteur.

combinaison   brochet   casque   voyage   Galapagos   Manche   qualification   gonflage   RIFAP   corse   glace   requin-baleine   température   grotte   pélican   Egypte   Meeru island   nitrox   cotisation   bouteille   niveau   mérous   baptême   illumination   masque   tortue   gilet stabilisateur   environnement   anguille   recycleur   phare de plongée   plongeur   altitude   brevet   vagues   baudrier   crabe   PMT   abysses   rivière   narcose   bloc   formation   Caen   bonnet de bain   paliers   frégate   initiateur   Darwin   apnée   bulles   oxygène   porto-vecchio   stage initial   pédagogie   Neuchâtel   piscine   compétence   Equateur   natation   site de plongée   LEM   gorgone   sorties nature   médiathèque   compresseur Bauer   atlantique   profondimètre   Noël   enseignement   otarie   pêcheurs   plomb   lotte   espace lointain   Carnet pédagogique   azote   inflateur   barracuda   certificat médical   palanquée   Lac St Point   tables de plongée   autonomie   FFESSM   Mexique   Vouglans   vidéo   pisciculture   carnet de plongée   scaphandre   Boudry   biologie d’eau douce   exploration   eau cristalline   mélanges   océan indien   calendrier   règlementation   posidonies   détendeur   prêt de matériel   milieu naturel   Maldives   Areuse   décompression   pieds-lourds   croisière   cerbicales   sauvetage   robinet   bar   club associatif   entraînements   sécurité   planète bleue   ordinateur  
Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Le TOP des 10

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Récits et nouvelles

Site réalisé avec SPIP 1.9.2h + ALTERNATIVES

Creative Commons License